Pluies

La pluie
Bruine passagère
Étend son voile
Sur la forêt.

Les feuilles bruissantes
Sous l’impulsion d’une brise
Éclaboussent sans retenue
Leurs voisines du dessous.

Le soleil
Pourtant
Risque un rayon
Et pose dans les ramures
Un arc aux teintes délicates.

L’ondée
De concert
Calme son ardeur
Et lève paisiblement
Son pendillon de gouttelettes.

Il n’en faut pas plus
Pour que reprennent les chants
Pour que frémissement les fougères
Pour que le murmure des passages
Annonce la clémence du temps.

Alors
Tout s’anime
Le claquement de l’envol
D’une nuée d’oiseaux
Envahit tout l’espace
C’est un rythme
Une mélodie échevelée
Un hymne à l’incertitude.

Mais
Brusquement
Une bise lugubre
Ramène ses guêtres
Avec ses régiments de nuages
Et des hallebardes cinglantes
s’abattent sur l’instant.

Alors
Tout se tait à nouveau
Il ne reste
Que le cinglement de l’orage
Et le ruissèlement de l’eau
Sur un sol engorgé.

Ondée

4 réflexions sur “Pluies

Laisser un commentaire