Ecritreve

Sur la table
Une feuille de papier
Un stylo quatre couleurs

Dans ma tête
Une foultitude de phrases
Une débauche de vers libres

Que faire de cette abondance
Sur l’immensité de la page ?
Comment dompter ce flux
Pour un si frêle feuillet ?

Le bic dans les starting-blocks
Je me prépare
Couleur noire
J’hésite
La bille se pose
Je me lance
Une phrase après l’autre
Lentement
Posément
Comme pour contraindre ma pensée.

Ce n’est qu’un premier jet
Il faudra le retravailler
Retourner sur le texte
Sur les vers sans rimes
Sur les strophes inachevées
Sur les accents chaleureux
Et les jambages d’opalescence.

Aujourd’hui encore
Je ne déposerai pas
Tout mon fouillis de vers !

Je pose mon stylo
Et conserve en moi
Des trésors d’imagination
Pour que le rêve ne tarisse pas.

Flashs

Quelques poèmes de type flash, ce ne sont pas des haïkus car ils n’en respectent pas les règles ; l’objectif était d’écrire trois vers exprimant (en peu de mots) une expression, un sentiment ou un ressenti. Voici ces créations :

Du chocolat fin
Fond en cascade
Sur mon palais ravi.

Gobichonner
La quiddité
D’un plaisir partagé.


Quelques définitions :

  • Gobichonner :

    vieux, familier
    TRANSITIF DIRECT
    Savourer avec plaisir. Gobichonner un petit blanc.
    INTRANSITIF
    Festoyer.
  • Quiddité :
    philosophie
    Essence d’une chose telle qu’exprimée par sa définition.

Kaysersberg

Écrire enfin…

Prendre son clavier, taper quelques lettres, quelques phrases, imaginer une aventure ; se documenter, parcourir le temps et l’espace, s’installer dans une époque, se mettre à la place de ; explorer, deviner, émettre une hypothèse, retracer des chemins, ouvrir des champs et rêver encore…

Les paragraphes s’unissent pour accoucher d’un texte, opuscule lu et relu, exprimé à voix haute jusqu’à buter, corriger, modifier, couper, coller, aligner.

Puis le sourire point, voilà, c’est ma nouvelle… nouvelle !