Jeux de mots

Et si les mots correspondaient au sens d’autres mots ?

J’ai proposé ce jeu au cours d’un atelier d’écriture.

Mes mots étaient :

  • Rêves signifie rayons
  • Bleu veut dire jaune
  • Mères correspond à vagues
  • Frères au lieu de courants
  • Père-Noël pour poissons
  • S’envoler pour frétiller
  • Canicule pour le large
  • Glace pour mer
  • Sieste à la place d’après-midi
  • Constitutionnel pour estival
  • Fauteuil signifie requin
  • Penser veut dire passer
  • Canapé correspond à coin
  • Lunette passe pour faim
  • Ville pour banc
  • Auréole pour appétit
  • Dictionnaire pour loup.

En prenant un mot pour un autre, voilà ce que donne mon texte :

Une pluie de rêves arrivait sur le bleu du sable. Les mères se fracassaient sur le rivage et les frères tourbillonnaient au large. Les bancs de Père-Noël s’envolaient dans la canicule de glace en dévorant du plancton pendant la sieste constitutionnelle. Un fauteuil vint à penser dans le canapé, il fut pris d’une lunette féroce et la ville ne suffit point à calmer son auréole.

Moralité : une ville de Père-Noël n’apaise pas une lunette de dictionnaire !

Surréaliste, non ? À vous de tester !

Si vous avez du mal à donner un autre sens aux mots, faites une liste de mots puis appliquez la méthode du « mot plus 7 ». Prenez un dictionnaire, choisissez un mot puis rendez-vous au septième mot après le vôtre. Notez-le en face. Pratiquez ainsi pour chaque mot de la liste puis écrivez un texte. N’hésitez pas à partager le vôtre !

 

Voilures

La vision d’une piètre lueur
Peut infiltrer la peur
Et éviter le souci.

Dans un si frêle abri
Il n’est en rien désuet
D’inscrire des sonnets
Pour un hymne des corps
Fussent-ils en désaccord.

Sur les funestes monuments de la perte
Et des affres du temps
Sur les accidents et les tourments
Passe le fleuve des doux moments
Embarque ! La voie n’est pas déserte.

marque-page

Tranches de vies

La tronche dans le filet
La confiance en rade
Une fâcheuse fâcherie
Fauchait la fashion

Une fois passé les noms d’oiseaux
Il fallait passer à plus hard
À la «métale» gueulande

Le tarbouiffe sur le carreau
Façon reine de cœur
À voir venir
Et à protester du moment
Où le moment s’emmêle
Dans les mailles du filet.

Tranches de vies

J’écoute Fécamp

batiment_antan2

Ce texte a été écrit lors d’un atelier d’écriture que j’animais.
J’avais intitulé ce jeu « À la manière de j’écoute Istanbul de Orhan Veli« .
Il fallait décrire une ville ou un lieu en commençant par j’écoute, j’ai choisi Fécamp


J’écoute Fécamp
Le mugissement des vagues
Sur le grondement des galets

J’écoute Fécamp
La corne de brume
Dans le brouillard duveteux

J’écoute Fécamp
L’activité des pêcheurs
Sur le quai de retour

J’écoute Fécamp
La clameur des poissonnières
À la criée toute proche

Je touche Fécamp
Sur la carte marine

Tiens !
Écoute !

Entends-tu la corde qui hisse
La voile majestueuse
De ce bâtiment d’antan
Glissant placidement
Vers les rivages d’un ailleurs ?